Portera ou ne portera pas

suicide de bébé (Crédit photo: Getty Images)

Au premier trimestre 2006, j’étais en classe de première ES. Il fallait réaliser le lundi matin de 8h à 10h un TPE : Travaux Personnels Encadrés. En groupe de 3 ou 4 élèves il fallait réaliser une espèce d’exposé sur des thèmes ouverts en lien avec notre section d’étude. J’étais avec Baptiste et Geoffrey. Lundi matin, retour de week-end, nous passions la première heure à raconter ce que nous avions fait samedi et dimanche. La deuxième heure était consacrée à notre « exposé », notre problématique tournait autour du trafic d’armes et nous nous sommes beaucoup inspirés du film d’Andrew Niccol « Lord Of War ». L’article que je vais écrire aujourd’hui ne parle pas du trafic d’armes … ou comment ne pas savoir introduire …

J’ai trouvé comment introduire mon sujet : je suis abonnée au magazine Marianne. Quand je voyage, je ne peux pas avoir mon magazine, du coup j’achète l’opposition, en l’occurrence Le Point.  La semaine dernière, j’étais dans un TER Corail en Provence-Alpes Côte d’Azur et je lisais donc Le Point du Jeudi 8 juillet 2010. L’article qui a particulièrement attiré mon attention « Quand les armes font la loi » soulève une polémique sur le port d’arme.

En France c’est clair et expéditif : d’après le Décret n° 95-589 du 6 mai 1995, il est interdit de porter des armes et des munitions de 4ème catégorie de même que les armes de poings de 7ème et 8ème catégorie. Le transport de ces armes est autorisé si elles ne sont pas dans un état permettant de les utiliser immédiatement. En ce qui concerne les États-Unis, le 2ème amendement de La Constitution de 1788, qui fait partie du Bill Of Rights publié en 1791 (déclaration des droits américaine) énonce « A well regulated militia being necessary to the security of a free State, the right of the People to keep and bear arms shall not be infringed ». En français : « Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit qu’a le peuple de porter des armes ne sera pas transgressé. »

Une législation plus précise au niveau fédéral (ou national), et au niveau des États précisent l’étendue des droits et obligations. En Virginie par exemple, d’après la loi il est interdit d’acheter plus d’une arme par mois !!

Remarque : J’ai eu 15 au TPE (ça compte pour le baccalauréat), les garçons ont eu plus je crois …

Rendez-vous sur Hellocoton !