Parce que je grandis, que j’évolue …

fleur-qui-grandi
(Crédit photo: Getty images)

Lucie, le 19 mars 2006

« Dans un an, je serais en 1ère ES spécialité mathématiques, à préparer ou passer le bac blanc de français & co.

Dans cinq ans, je serais en deuxième première année de fac de droit (bah oui, je compte faire deux premières années), j’habiterais chez ma Tatan à Fontaine, le bus passant juste en bas de l’allée de son appartement.

Dans dix ans, je serais mariée avec un gentil garçon qui ne fume pas et qui restera à la maison à garder Junior, notre fils et Stanislas, notre chien.

Dans vingt ans, je me mettrais à faire de la politique, pour proposer mieux que ce que propose les autres et parce que mon métier d’avocate m’ennuiera.

Dans cinquante ans, mon gentil mari m’aura déjà quitté depuis un moment, mais il me restera toujours ma tortue terrestre, qui vivra de toute façon plus longtemps que moi, et une ribambelle de petits enfants.

Demain, plus tard, après, je continuerais toujours et encore à rêver … »

Lucie, le 19 juin 2010

« Aujourd’hui, je finis ma deuxième première année de droit et j’habite chez ma grande Tante à Fontaine.

Dans un an, je serais en deuxième année de droit, en train de passer les rattrapages pour passer en troisième année.

Dans cinq ans, j’aurai 25ans. Et comme je ne suis plus aussi innocente qu’avant je propose une alternative
– je serais à l’école d’avocat et j’habiterais avec mon namoureux
– je travaillerais comme juriste dans une entreprise et j’habiterais avec mon namoureux

Dans dix ans, je serais mariée avec mon namoureux et j’aurais déjà mes 3 enfants, pas de chien parce qu’en vrai j’aime pas les chiens et puis je suis allergique et puis quand mes enfants demanderont à avoir un chien, je dirais que moi quand j’étais petite et que j’en voulais un, papi et mamie ne m’ont en jamais donné.

Dans vingt ans, je me mettrais à faire de la politique, pour proposer mieux que ce que propose les autres et parce que c’est trop interessant et que je commencerais à me faire vieille alors ça marche bien.

Dans cinquante ans, je ne sais pas si je serais encore avec mon mari mais j’espère que je choisirais le bon pour. Sinon ce n’est pas grave car j’aurais toujours mes meilleures amies du lycée et toute ma famille avec moi.

Demain, plus tard, après, je recommence à rêver et je ne veux pas arrêter car si tu ne rêves plus, qu’est ce que tu fais de ta vie ?

Lucie, le 07 août 2011

Aujourd’hui, j’ai décidé d’arrêter la fac de droit après un troisième semestre avec de trop mauvais résultats malgré l’intense travail fourni. Je n’habite plus chez Tatan Maryse. Je suis en colocation avec d’autres étudiants.

Dans un an, j »aurais réussi ma première année de BTS Banque des Marchés Particuliers.

Dans cinq ans, j’aurais fini mes études et j’aurais arrêté la colocation pour m’installer avec mon namoureux. Je travaillerais dans une banque comme conseillère financier.

Dans dix ans, je serais mariée, avec 3 enfants et je travaillerais à mi-temps à la banque pour m’occuper de la maison et des enfants, pour continuer à m’épanouir intellectuellement, participer aux conseils de classe et activités des enfants, m’investir dans une association et au sein d’un parti politique.

Dans vingt ans, si mon mari me quitte, j’aurais une formation et une expérience qui me permettront de travailler à temps plein pour élever mes enfants. Et si il est encore là, et bah je continuerais à l’aimer, à m’occuper des enfants, de la maison, de moi même et de travailler à mi-temps.

Dans cinquante ans, … 2061 … vous êtes sûr qu’on aura pas encore détruit la planète à ce moment là, hum il va falloir retravailler mon investissement passé dans la protection de la planète et l’instruction des populations …

Demain, plus tard, après, tant que les autres existent, je vis et j’avance. Je rêve et je modifie ma trajectoire en fonction des évènements et des épreuves de la vie. Merci à vous !

Rendez-vous sur Hellocoton !